0
fr
US
WSMCA
36090954
Votre panier est vide.
Menu
Homme souffrant de brûlures d’estomac

Brûlures d’estomac : que faire ?

Affectant plus de la moitié des personnes après 50 ans, les brûlures d’estomac comptent parmi les douleurs gastriques les plus fréquentes. Nos conseils pour éteindre cet incendie digestif.

Brûlures d’estomac : symptômes

La brûlure d’estomac, ou pyrosis, se manifeste par une sensation douloureuse dans la région épigastrique (creux de l’estomac) qui peut s’étendre derrière le sternum et dans la gorge. Elle se déclare plus volontiers après un repas et s’accentue lorsqu’on se penche en avant, se couche ou pratique un effort physique.

Cette sensation est bien souvent liée à des remontées acides. Celles-ci constituent le principal symptôme du reflux gastro-œsophagien (RGO), qui désigne le passage chronique du contenu de l’estomac dans l’œsophage (1).

Brûlures d’estomac : causes

Les brûlures d’estomac qui surviennent ponctuellement, à la suite d’un repas trop copieux par exemple, ne soulèvent pas d’inquiétude. Elles deviennent toutefois problématiques lorsqu’elles se produisent quotidiennement.

Une défaillance du sphincter œsophagien inférieur

Notre estomac est équipé de mécanismes anti-reflux censés empêcher le bol gastrique de raffluer vers l’œsophage. Le sphincter œsophagien inférieur (SOI), sorte de clapet situé à la jonction de l’œsophage et du cardia (entrée de l’estomac), en est le principal acteur. Lorsqu’il ne se ferme pas complètement, il laisse fuiter les sucs gastriques qui attaquent et lèsent les parois œsophagiennes (2).

Cette relaxation excessive du SOI est précipitée par certains comportements qui affaiblissent le tonus du sphincter ou entraînent une distension de l’estomac : des repas trop volumineux, une mastication insuffisante, une consommation excessive de boissons gazeuses (3-4)…

Brûlures d'estomac et grossesse

La grossesse exerce une pression ascendante dans l’abdomen susceptible de provoquer un dysfonctionnement du SOI (5). Pour les mêmes raisons, le surpoids, le port de vêtements serrés au niveau de la ceinture ou une fermentation intestinale excessive aggravent le reflux gastrique (6-7).

Une hernie hiatale

Une hernie hiatale se produit lorsque la portion haute de l’estomac glisse hors de l’abdomen pour gagner la cavité thoracique. Dans les hernies dites « par glissement », le SOI subit les à-coups du diaphragme lors de la respiration et peut perdre son étanchéité (8).

Brûlure d’estomac et stress

Qu’il soit physique ou psychologique, le stress favorise les brûlures d’estomac car il retarde sa vidange, accentue sa distension, augmente l’acidité gastrique et entretient un état d’inflammation chronique (9).

La prise de certains médicaments

Il est aujourd’hui scientifiquement établi que l’aspirine et les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) pris au long cours fragilisent et érodent la muqueuse gastrique (10).

Brûlures d’estomac : que manger ?

Côté alimentation, il est recommandé de réduire sa consommation d’alcool ainsi que de certains aliments irritants pour la muqueuse gastrique, comme les épices, la tomate, l’ail, l’oignon, les agrumes, le sel, le sucre et le vinaigre. Les graisses, notamment saturées, freinent la vidange gastrique et sont donc à limiter, tout comme le café, le thé et le chocolat qui amenuisent la tonicité du SOI (11). En pratique, il convient de s’en remettre en priorité à sa tolérance personnelle.

Certains aliments sont neutres ou protecteurs vis-à-vis des maux gastriques. Un bon apport en protéines maigres (volaille, poisson…) renforcerait le tonus du SOI (12). Les légumes verts et les féculents en quantité raisonnable sont ordinairement bien tolérés.

Mieux vaut manger les fruits frais en dehors des repas pour limiter leur fermentation. Parmi les plus préconisés contre le reflux acide, citons la banane, la pomme, la poire ou encore la papaye (13).

Brûlures d'estomac : médicaments allopathiques

En cas d’aigreurs d’estomac et de remontées acides, n’hésitez pas à demander conseil à votre médecin qui, suite à son examen, pourra vous proposer le traitement adapté. Les pansements antiacides proposés en vente libre tamponnent l’excès d’acidité. S’ils agissent rapidement, ils n’offrent qu’un bénéfice fugace qui oblige à répéter les prises et ne traitent pas la cause de fond.

Les inhibiteurs de la pompe à protons (IPP) arrivent en tête des médicaments les plus prescrits par les médecins dans le traitement du reflux gastrique. En réduisant la sécrétion d’acide chlorhydrique (la composante acide du suc gastrique), ils réduisent la virulence des brûlures d’estomac et encouragent la cicatrisation des lésions.

Pris sur le long terme, ils présenteraient toutefois des effets indésirables : augmentation du risque cardiovasculaire, malabsorption de divers nutriments (calcium, magnésium, fer et vitamine B12), dépendance (14)...

Notez que dans certains cas graves de reflux, des actes de chirurgie peuvent être envisagés pour resserrer la valve au fond de l’œsophage.

Comment soulager les brûlures d’estomac naturellement ?

Les bons réflexes anti-reflux au quotidien

  • limitez, ou mieux, supprimez le tabac qui réduit la salivation, irrite la muqueuse gastrique et diminue la pression du sphincter inférieur (15) ;
  • mastiquez bien vos aliments pour préparer leur digestion ;
  • fractionnez éventuellement vos repas pour prévenir le « trop-plein » ;
  • restez en position verticale durant 1 à 2 heures après les repas, et attendez au moins 3 heures pour faire du sport ;
  • portez des vêtements amples qui ne compriment pas la taille ;
  • surélevez votre tête de lit de 10 à 15 cm pour réduire les brûlures d’estomac la nuit ;
  • essayez de perdre quelques kilos si vous êtes en situation de surpoids ou d’obésité ;
  • contrôlez votre stress via des techniques de relaxation (méditation, yoga, cohérence cardiaque…).

Soulager la brûlure d’estomac avec l’argile verte

En cas de brûlures d’estomac, réalisez un cataplasme d’argile verte (en la mélangeant avec de l’eau) que vous appliquerez au niveau de votre estomac en couche épaisse de 3 cm. Recouvrez d’un linge humide et laissez posé entre 20 minutes et 3 heures.

Brûlure d'estomac et miel

Du fait de ses propriétés anti-radicalaires, le miel aiderait à prévenir les dommages infligés aux cellules du tractus digestif. En prime, sa texture adhérente permettrait de tapisser la paroi gastrique pour la protéger de l’excès d’acidité (16). Parmi les plus convoités, les miels de pissenlit, d’acacia, de mélisse et de manuka.

Brûlure d’estomac tous les jours : des compléments à la rescousse

Une fois le diagnostic posé, certains compléments alimentaires peuvent judicieusement accompagner vos traitements conventionnels.

La réglisse (Glycyrrhiza glabra) participe à la santé gastrointestinale en stimulant la production de mucus par l’estomac (17). Néanmoins, sa haute teneur en glycyrrhizine expose à fortes doses à des effets secondaires (maux de tête, troubles cardiaques, élévation de la pression artérielle) (18). Pour exploiter son potentiel de façon sécuritaire, optez pour une forme déglycyrrhizinée (comme DGL, garanti sans glycyrrhizine et élaboré à partir des racines de réglisse, partie la plus étudiée pour ses effets sur l’estomac).

Originaire du bassin méditerranéen, le lentisque pistachier (Pistacia lentiscus L.) donne une résine appelée mastic de Chios. En recouvrant la paroi de l’estomac, il pourrait limiter l’adhérence de certains pathogènes impliqués dans le reflux gastro-œsophagien (l’extrait de pistachier Mastic Gum est normalisé à 10 % d’acides masticoniques pour une action renforcée) (19).

La piste d’une infection à la bactérie Helicobacter pylori mérite aussi d’être évoquée (20). On estime que 1 personne occidentale sur 4 l’héberge dans sa muqueuse gastrique. Si elle peut rester silencieuse, elle se signale parfois bruyamment par des douleurs digestives ou le développement d’un ulcère. Récemment, une souche particulière de lactobacilles a justement montré des capacités à se lier à cette bactérie (à retrouver dans la formule H. Pylori Fight, qui mise sur la souche brevetée Pylopass™ issue de L. reuteri) (21).

Le conseil SuperSmart

Références scientifiques

  1. Antunes C, Aleem A, Curtis SA. Gastroesophageal Reflux Disease. [Updated 2022 Jul 4]. In: StatPearls [Internet]. Treasure Island (FL): StatPearls Publishing; 2023 Jan-. Available from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK441938/
  2. Clarrett DM, Hachem C. Gastroesophageal Reflux Disease (GERD). Mo Med. 2018 May-Jun;115(3):214-218. PMID: 30228725; PMCID: PMC6140167.
  3. Shukla A, Meshram M, Gopan A, Ganjewar V, Kumar P, Bhatia SJ. Ingestion of a carbonated beverage decreases lower esophageal sphincter pressure and increases frequency of transient lower esophageal sphincter relaxation in normal subjects. Indian J Gastroenterol. 2012 Jun;31(3):121-4. doi: 10.1007/s12664-012-0206-0. Epub 2012 Jul 12. PMID: 22791463.
  4. Zhang M, Hou ZK, Huang ZB, Chen XL, Liu FB. Dietary and Lifestyle Factors Related to Gastroesophageal Reflux Disease: A Systematic Review. Ther Clin Risk Manag. 2021 Apr 15;17:305-323. doi: 10.2147/TCRM.S296680. PMID: 33883899; PMCID: PMC8055252.
  5. Vazquez JC. Heartburn in pregnancy. BMJ Clin Evid. 2015 Sep 8;2015:1411. PMID: 26348641; PMCID: PMC4562453.
  6. Mitchell DR, Derakhshan MH, Wirz AA, Ballantyne SA, McColl KEL. Abdominal Compression by Waist Belt Aggravates Gastroesophageal Reflux, Primarily by Impairing Esophageal Clearance. 2017 Jun;152(8):1881-1888. doi: 10.1053/j.gastro.2017.02.036. Epub 2017 Mar 3. PMID: 28267445.
  7. Vaishnav B, Bamanikar A, Maske P, Reddy A, Dasgupta S. Gastroesophageal Reflux Disease and its Association with Body Mass Index: Clinical and Endoscopic Study. J Clin Diagn Res. 2017 Apr;11(4):OC01-OC04. doi: 10.7860/JCDR/2017/24151.9562. Epub 2017 Apr 1. PMID: 28571180; PMCID: PMC5449826.
  8. Smith RE, Shahjehan RD. Hiatal Hernia. [Updated 2022 Aug 22]. In: StatPearls [Internet]. Treasure Island (FL): StatPearls Publishing; 2023 Jan-. Available from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK562200/
  9. Song EM, Jung HK, Jung JM. The association between reflux esophagitis and psychosocial stress. Dig Dis Sci. 2013 Feb;58(2):471-7. doi: 10.1007/s10620-012-2377-z. Epub 2012 Sep 22. PMID: 23001402; PMCID: PMC3576549.
  10. Schneider JL, Zhao WK, Corley DA. Aspirin and nonsteroidal anti-inflammatory drug use and the risk of Barrett's esophagus. Dig Dis Sci. 2015 Feb;60(2):436-43. doi: 10.1007/s10620-014-3349-2. Epub 2014 Sep 12. PMID: 25213077; PMCID: PMC4304909.
  11. Newberry C, Lynch K. The role of diet in the development and management of gastroesophageal reflux disease: why we feel the burn. J Thorac Dis. 2019 Aug;11(Suppl 12):S1594-S1601. doi: 10.21037/jtd.2019.06.42. PMID: 31489226; PMCID: PMC6702398.
  12. Ebrahimi-Mameghani M, Sabour S, Khoshbaten M, Arefhosseini SR, Saghafi-Asl M. Total diet, individual meals, and their association with gastroesophageal reflux disease. Health Promot Perspect. 2017 Jun 14;7(3):155-162. doi: 10.15171/hpp.2017.28. PMID: 28695104; PMCID: PMC5497367.
  13. Winter C, Hartl S, Kolb D, Leitinger G, Roblegg E. Investigations to Evaluate Gastric Mucoadhesion of an Organic Product to Ameliorate Gastritis. 2020 Apr 7;12(4):331. doi: 10.3390/pharmaceutics12040331. PMID: 32272788; PMCID: PMC7238041.
  14. Ahmed A, Clarke JO. Proton Pump Inhibitors (PPI) [Updated 2022 Jul 25]. In: StatPearls [Internet]. Treasure Island (FL): StatPearls Publishing; 2023 Jan-. Available from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK557385/
  15. Ness-Jensen E, Lagergren J. Tobacco smoking, alcohol consumption and gastro-oesophageal reflux disease. Best Pract Res Clin Gastroenterol. 2017 Oct;31(5):501-508. doi: 10.1016/j.bpg.2017.09.004. Epub 2017 Sep 7. PMID: 29195669.
  16. Math MV, Khadkikar RM, Kattimani YR. Honey--a nutrient with medicinal property in reflux. Indian J Med Res. 2013 Dec;138(6):1020-1. PMID: 24521651; PMCID: PMC3978955.
  17. Murray MT. Glycyrrhiza glabra (Licorice). Textbook of Natural Medicine. 2020:641–647.e3. doi: 10.1016/B978-0-323-43044-9.00085-6. Epub 2020 Jul 10. PMCID: PMC7348626.
  18. Omar HR, Komarova I, El-Ghonemi M, Fathy A, Rashad R, Abdelmalak HD, Yerramadha MR, Ali Y, Helal E, Camporesi EM. Licorice abuse: time to send a warning message. Ther Adv Endocrinol Metab. 2012 Aug;3(4):125-38. doi: 10.1177/2042018812454322. PMID: 23185686; PMCID: PMC3498851.
  19. Soulaidopoulos S, Tsiogka A, Chrysohoou C, Lazarou E, Aznaouridis K, Doundoulakis I, Tyrovola D, Tousoulis D, Tsioufis K, Vlachopoulos C, Lazaros G. Overview of Chios Mastic Gum (Pistacia lentiscus) Effects on Human Health. Nutrients. 2022 Jan 28;14(3):590. doi: 10.3390/nu14030590. PMID: 35276949; PMCID: PMC8838553.
  20. Parikh NS, Ahlawat R. Helicobacter Pylori. [Updated 2022 Aug 8]. In: StatPearls [Internet]. Treasure Island (FL): StatPearls Publishing; 2023 Jan-. Available from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK534233/
  21. Buckley M, Lacey S, Doolan A, Goodbody E, Seamans K. The effect of Lactobacillus reuteri supplementation in Helicobacter pylori infection: a placebo-controlled, single-blind study. BMC Nutr. 2018 Dec 7;4:48. doi: 10.1186/s40795-018-0257-4. PMID: 32153909; PMCID: PMC7050722.

Partager

Commentaires

Vous devez être connecté à votre compte pour pouvoir laisser un commentaire.

Cet article n'a pas encore été commenté, soyez le premier à donner votre avis

Paiement sécurisé
32 Années d'expérience
Satisfait ou remboursé
Envoi rapide
Livraison gratuite* dès $25