0
fr
US
WSMCA
37590795
Votre panier est vide.
Menu
Femme qui souffre d'une infection urinaire

Infections urinaires : 5 remèdes naturels anti-cystite

Bénigne la plupart du temps, l’infection urinaire n’en demeure pas moins douloureuse. Voici 5 astuces naturelles pour la prévenir et la soulager.

Rappel : quelles sont les causes de l’infection urinaire ?

Le plus souvent, une infection urinaire se limite à une inflammation de la vessie, plus couramment appelée cystite. Celle-ci se manifeste par une envie fréquente d’uriner, des brûlures lors de la miction, une urine trouble et malodorante ou encore une lourdeur persistante dans le bas-ventre.

Plus de 9 fois sur 10, celle-ci résulte d’une infection à Escherichia coli, bactérie habituellement cantonnée aux intestins. Si cette pathologie touche prioritairement les femmes, cette injustice est purement anatomique : leur urètre (canal reliant la vessie à l’orifice extérieur) est en effet plus court que celui des hommes, facilitant ainsi la migration des bactéries vers le système urinaire. À noter que la grossesse, l’usage d’un diaphragme contraceptif ou encore de tampons durant les menstruations favoriseraient également sa survenue (1-2).

Au sens large, les infections urinaires regroupent les inflammations des différentes parties du système urinaire. Répandue chez l’homme, l’urétrite se limite uniquement à l’urètre. Plus grave, la pyélonéphrite correspond à une atteinte du bassinet et des reins. Elle fait partie des complications, heureusement rares, de la cystite. Une fièvre élevée, des douleurs dans le bas du dos ou des vomissements doivent inciter à consulter urgemment.

Si une visite chez le médecin s’impose dans tous les cas, il existe toutefois des mesures naturelles pour contenir ou prévenir ces affections handicapantes et parfois récurrentes.

Boire abondamment pour éliminer les germes vésicaux

Vous reconnaissez les premiers signes d’une cystite ? Buvez ! Le but est d’éviter à tout prix la stagnation des bactéries dans la vessie. Bien vous hydrater va ainsi réduire leur adhérence aux parois vésicales et favoriser leur élimination via le tractus urinaire (3). Comptez donc au moins 1,5 L d’eau par jour sous toutes ses formes : jus, bouillons, infusions…

Bien sûr, ne réprimez jamais votre envie d’aller aux toilettes : la rétention urinaire laisse une opportunité rêvée aux hôtes indésirables de coloniser le milieu.

Lutter contre la constipation pour prévenir les infections urinaires

Quel rapport entre le transit et les infections urinaires ? Puisque les cystites sont souvent causées par des bactéries intestinales, il est important que celles-ci ne s’attardent pas trop longtemps dans les voies anales, somme toute très proches du méat urinaire. Limiter la constipation constitue en ce sens un excellent acte de prévention (4).

Pour ce faire, augmentez vos apports en fibres alimentaires en faisant la part belle aux fruits, légumes, légumineuses et céréales complètes. Essayez aussi de bouger davantage.

Pour les mêmes raisons, procédez toujours à un essuyage de l’avant vers l’arrière après émission des selles : vous empêcherez ainsi une remontée bactérienne intempestive du rectum vers l’urètre.

Réaliser des cataplasmes pour diminuer les douleurs du bas-ventre

Et si les remèdes de grand-mère nous apportaient enfin un peu de soulagement ? Pour les infections urinaires basses, rien de tel qu’un cataplasme aux poireaux apaisant pour calmer les douleurs.

Les secrets de la recette ? Cuisez vos légumes dans une grande casserole d’eau bouillante salée. Une fois tièdes, effeuillez-les ou mixez-les, puis appliquez-les sur votre bas-ventre. Recouvrez le tout d’un linge propre et laissez poser au moins 15 min ou jusqu’à refroidissement complet. À réitérer 3 fois par jour selon l’intensité des spasmes.

Concocter des boissons diurétiques pour faciliter la miction

Assez de l’eau plate ? Pimpez votre thermos avec des infusions diurétiques ! En plus d’aromatiser subtilement vos boissons, elles soulageront idéalement les mictions difficiles.

En tête de liste, on retrouve la tisane d’artichaut, de bruyère, de queue de cerise ou encore le thé vert (5-6). À associer avec un réconfortant grog thym-miel pour son côté reboostant.

Les compléments alimentaires qui contribuent à la santé du système urinaire

Joliment baptisé « larme de l’Himalaya », le shilajit (ou Asphaltum) est un exsudat organique et minéral émanant des roches des hautes montagnes indiennes. Investi depuis des siècles par de nombreuses médecines traditionnelles, il participe au maintien d’une bonne fonction urinaire (7). Une supplémentation en shilajit de qualité (par exemple Super Shilajit, complément en shilajit purifié normalisé à 60 % d’acides fulviques) trouve donc toute sa pertinence.

Les Indiens d’Amérique et les médecins dès le XIXe siècle utilisaient traditionnellement la canneberge pour participer à la santé urinaire (8-9). Cette petite baie acidulée est ainsi mise à l’honneur en solo dans certains compléments (comme Cran Max, extrait de canneberge standardisé à 7,2 % de proanthocyanidines) ou dans des formulations synergiques (comme U Tract Forte, complément révolutionnaire alliant canneberge, D-mannose, bromelaïne, pissenlit et hibiscus).

Face aux agents pathogènes, il demeure essentiel de bichonner ses défenses. Certains compléments associent donc du zinc, qui contribue au fonctionnement normal du système immunitaire, avec divers extraits végétaux (à l’image de Complete Uricare, qui renferme entre autres des extraits d’angélique et de graines de courge) (10).

Si leur prévalence est essentiellement féminine, les soucis urinaires touchent parfois les hommes. Ils sont alors fréquemment liés à des troubles de la prostate qui entravent le processus de miction. Dans ce cas, il est conseillé de se tourner vers :

  • le palmier nain, qui contribue à une fonction urinaire saine en cas de grossissement de la prostate (11) ;
  • la racine d’ortie, qui participe à la santé prostatique (12) ;
  • le prunier d’Afrique, qui contribue à la santé de la prostate, de la vessie et des voies urinaires inférieures (13).

Ces trois extraits végétaux se combinent judicieusement dans certains compléments innovants pour une action optimale (à l’image de ProstaNatural Formula, supplément de pointe comportant également du zinc et des bétastérols).

Références scientifiques

  1. Loh K, Sivalingam N. Urinary tract infections in pregnancy. Malays Fam Physician. 2007 Aug 31;2(2):54-7. PMID: 25606081; PMCID: PMC4170332.
  2. Foxman B, Frerichs RR. Epidemiology of urinary tract infection: II. Diet, clothing, and urination habits. Am J Public Health. 1985 Nov;75(11):1314-7. doi: 10.2105/ajph.75.11.1314. PMID: 4051067; PMCID: PMC1646695.
  3. Scott AM, Clark J, Mar CD, Glasziou P. Increased fluid intake to prevent urinary tract infections: systematic review and meta-analysis. Br J Gen Pract. 2020;70(692):e200-e207. Published 2020 Feb 27. doi:10.3399/bjgp20X708125
  4. Blethyn AJ, Jenkins HR, Roberts R, Verrier Jones K. Radiological evidence of constipation in urinary tract infection. Arch Dis Child. 1995;73(6):534-535. doi:10.1136/adc.73.6.534
  5. Vučić DM, Petković MR, Rodić-Grabovac BB, Stefanović OD, Vasić SM, Comić LR. In vitro activity of heather [Calluna vulgaris (L.) Hull] extracts on selected urinary tract pathogens. Bosn J Basic Med Sci. 2014;14(4):234-238. Published 2014 Nov 15. doi:10.17305/bjbms.2014.4.40
  6. Babotă M, Voştinaru O, Păltinean R, et al. Chemical Composition, Diuretic, and Antityrosinase Activity of Traditionally Used Romanian Cerasorum stipites. Front Pharmacol. 2021;12:647947. Published 2021 May 11. doi:10.3389/fphar.2021.647947
  7. Kloskowski T, Szeliski K, Krzeszowiak K, Fekner Z, Kazimierski Ł, Jundziłł A, Drewa T, Pokrywczyńska M. Mumio (Shilajit) as a potential chemotherapeutic for the urinary bladder cancer treatment. Sci Rep. 2021 Nov 19;11(1):22614. doi: 10.1038/s41598-021-01996-8. PMID: 34799663; PMCID: PMC8604984.
  8. Jepson RG, Mihaljevic L, Craig J. Cranberries for preventing urinary tract infections. Cochrane Database Syst Rev. 2004;(2):CD001321. doi: 10.1002/14651858.CD001321.pub3. Update in: Cochrane Database Syst Rev. 2008;(1):CD001321. PMID: 15106157.
  9. González de Llano D, Moreno-Arribas MV, Bartolomé B. Cranberry Polyphenols and Prevention against Urinary Tract Infections: Relevant Considerations. Molecules. 2020;25(15):3523. Published 2020 Aug 1. doi:10.3390/molecules25153523
  10. Wessels I, Maywald M, Rink L. Zinc as a Gatekeeper of Immune Function. Nutrients. 2017;9(12):1286. Published 2017 Nov 25. doi:10.3390/nu9121286
  11. Suzuki M, Ito Y, Fujino T, et al. Pharmacological effects of saw palmetto extract in the lower urinary tract. Acta Pharmacol Sin. 2009;30(3):227-281. doi:10.1038/aps.2009.1
  12. Safarinejad MR. Urtica dioica for treatment of benign prostatic hyperplasia: a prospective, randomized, double-blind, placebo-controlled, crossover study. J Herb Pharmacother. 2005;5(4):1-11. PMID: 16635963.
  13. Wilt T, Ishani A, Mac Donald R, Rutks I, Stark G. Pygeum africanum for benign prostatic hyperplasia. Cochrane Database Syst Rev. 2002;1998(1):CD001044. doi:10.1002/14651858.CD001044

Partager

Commentaires

Vous devez être connecté à votre compte pour pouvoir laisser un commentaire.

Cet article n'a pas encore été commenté, soyez le premier à donner votre avis

Paiement sécurisé
32 Années d'expérience
Satisfait ou remboursé
Envoi rapide
Livraison gratuite* dès $25