0
fr
US
WSMCA
39394554
Votre panier est vide.
Menu

Comment réduire la rétention d’eau au niveau du ventre ?

La rétention d'eau est un trouble courant qui se manifeste par une accumulation excessive de liquide dans les tissus. Voyons comment réduire la rétention d’eau au niveau du ventre.

Rétention d’eau au niveau du ventre

Œdèmes et rétention d'eau

Un œdème, que l’on désigne plus souvent par le terme de rétention d’eau, est un gonflement de tissus mous dû à une augmentation du liquide interstitiel.

Si ce liquide est majoritairement, et le plus souvent, composé d’eau, il peut également contenir des protéines ainsi que d’autres liquides riches en cellules, notamment en cas d’obstruction lymphatique.

Rétention d'eau au niveau du ventre : symptômes et causes

La rétention d’eau a majoritairement lieu dans le bas du corps. C’est un problème que connaissent bien de nombreuses femmes : les jambes lourdes, les pieds et les chevilles gonflées, etc. (ces symptômes sont souvent similaires à ceux de l'insuffisance veineuse, mais celle-ci est due à des mécanismes différents).

La rétention d'eau au niveau du ventre, pour sa part, est souvent caractérisée par un gonflement ou un ballonnement abdominal, parfois associé à une prise de poids rapide, une sensation de lourdeur et une peau tendue ou brillante au niveau de l'abdomen.

Les causes fréquentes de cette rétention sont :

  • des déséquilibres hormonaux, particulièrement chez les femmes durant leur cycle menstruel, la grossesse ou la ménopause ;
  • une alimentation trop riche en sodium ;
  • une consommation excessive d'alcool affectant le foie ;
  • des troubles rénaux, cardiaques ou hépatiques ;
  • ou encore certains médicaments (corticostéroïdes, médicaments hypotenseurs, etc.)

Notez que l'ascite désigne spécifiquement l'accumulation de liquide dans la cavité péritonéale. Elle est souvent liée à des problèmes hépatiques sévères.

En cas de gonflement abdominal persistant ou d'autres symptômes préoccupants, il est crucial de consulter un médecin pour un diagnostic précis et un traitement adapté (1-3).

Méthodes pour réduire la rétention d'eau au niveau du ventre

Régime alimentaire et rétention d'eau

Les personnes faisant de la rétention d’eau pour des raisons de rétention de sodium peuvent bénéficier d’un régime sans sel ou pauvre en sel. Ponctuellement, les médecins peuvent prescrire un régime avec du sel de potassium en substitut du sodium (4).

Bien sûr, en cas de rétention d’eau abdominale, il convient également d’arrêter la consommation d’alcool, pour permettre au foie de se régénérer.

De plus, traditionnellement, certains aliments et boissons, tels que le céleri (5), le concombre et le thé vert, sont connus pour leurs propriétés diurétiques et peuvent favoriser l'élimination de l'excès de liquide.

Activité physique et rétention d'eau

L'exercice régulier stimule la circulation sanguine et le système lymphatique, contribuant ainsi à réduire la rétention d'eau. Les activités telles que la marche, la natation ou le yoga peuvent être bénéfiques.

La sédentarité provoque une fragilité du système cardiovasculaire et favorise le surpoids, ce qui entraîne un cercle vicieux. Une activité physique, même faible, de 30 minutes par jour, peut suffire à dégonfler rapidement la rétention d’eau.

Gestion du stress

Le stress chronique peut influencer les niveaux hormonaux et favoriser la rétention d'eau. Des techniques de gestion du stress, comme la méditation ou le yoga, peuvent aider à réduire les symptômes de la rétention d'eau.

Traitements médicaux

Dans certains cas, lorsque la rétention d'eau est sévère ou liée à une condition médicale sous-jacente, des médicaments diurétiques peuvent être prescrits. Il est important de consulter un professionnel de santé avant de prendre des médicaments pour la rétention d'eau, car ils peuvent avoir des effets secondaires.

Remèdes naturels et remèdes de grand-mère

Certaines méthodes naturelles peuvent être utilisées pour réduire la rétention d'eau au niveau du ventre. Parmi les remèdes de grand-mère populaires, on trouve la consommation de jus de canneberge (6), l'infusion de feuilles de pissenlit ou d’artichaut et l'utilisation de compresses d'eau froide sur la région abdominale.

Carvi, reine des près, figue de Barbarie, raisin, fenouil, pissenlit, etc. : les pharmacopées traditionnelles du monde entier contiennent de nombreuses plantes médicinales aujourd’hui largement exploitée par les naturopathes et reconnues par la médecine conventionnelle.

Ainsi, la troxérutine, un flavonoïde extrait du sophora du Japon, est un veinotonique et vasculoprotecteur reconnu utilisé dans la préparation de plusieurs médicaments prescrits contre les insuffisances veinolymphatiques (7).

Plusieurs études cliniques suggèrent que la bétalaïne, un pigment de la figue de Barbarie, augmente la diurèse (la quantité d’urine éliminée dans un temps donné) et réduit les soucis de rétention d’eau dans les membres inférieurs (8).

Le carvi, le pissenlit, la reine des près, etc. sont reconnus depuis des années comme diurétiques naturels, favorisant ainsi la diminution des œdèmes. De nombreux composés cités se retrouvent dans des formules synergiques sur mesure (comme Water Retention Formula).

Rétention d'eau hormonale chez les hommes

Bien que la rétention d'eau soit souvent associée aux femmes, les hommes peuvent également en souffrir. Les déséquilibres hormonaux, tels que ceux liés à la testostérone ou à la thyroïde, peuvent contribuer à la rétention d'eau chez les hommes. Les mêmes méthodes de réduction de la rétention d'eau peuvent être appliquées, telles que l'adoption d'un mode de vie sain et la gestion du stress.

La rétention d’eau, au niveau du ventre ou de toute autre partie du corps, est donc bien souvent le signe d’une pathologie sous-jacente. Dès lors, si le problème persiste après avoir essayé des méthodes naturelles ou des compléments alimentaires dédiés, il est recommandé de consulter un professionnel de santé pour établir un diagnostic.

Le conseil SuperSmart

Références scientifiques

  1. EDWARDS, Sharon. The formation of oedema. Part 1: Pathophysiology, causes and types. Professional Nurse (London, England), 2003, vol. 19, no 1, p. 29-31.
  2. REYNOLDS, Telfer B. Ascites. Clinics in liver disease, 2000, vol. 4, no 1, p. 151-168.
  3. GINÈS, Pere, CÁRDENAS, Andrés, ARROYO, Vicente, et al.Management of cirrhosis and ascites. New England Journal of Medicine, 2004, vol. 350, no 16, p. 1646-1654.
  4. MOORE, Kevin P., WONG, Florence, GINES, Pere, et al.The management of ascites in cirrhosis: report on the consensus conference of the International Ascites Club. Hepatology, 2003, vol. 38, no 1, p. 258-266.
  5. LEWIS, David A., THARIB, Saleh M., et VEITCH, G. Bryan A. The anti-inflammatory activity of celery Apium graveolens L.(Fam. Umbelliferae). International Journal of Crude Drug Research, 1985, vol. 23, no 1, p. 27-32.
  6. SUJANA, K., SAI TEJASWINI, K., et SRILAKSHMI, S. Cranberry fruit: An update review. International Journal of Herbal Medicine, 2016, vol. 4, no 3, p. 5-8.
  7. SCHULLER‐PETROVIC, Sanja, WOLZT, Michael, BÖHLER, Kornelia, et al.Studies on the effect of short‐term oral dihydroergotamine and troxerutin in patients with varicose veins. Clinical Pharmacology & Therapeutics, 1994, vol. 56, no 4, p. 452-459.
  8. CHEOK, Alex, GEORGE, Trevor W., RODRIGUEZ-MATEOS, Ana, et al.The effects of betalain-rich cacti (dragon fruit and cactus pear) on endothelial and vascular function: A systematic review of animal and human studies. Food & function, 2020, vol. 11, no 8, p. 6807-6817.

Partager

Commentaires

Vous devez être connecté à votre compte pour pouvoir laisser un commentaire.

Cet article n'a pas encore été commenté, soyez le premier à donner votre avis

Paiement sécurisé
32 Années d'expérience
Satisfait ou remboursé
Envoi rapide
Livraison gratuite* dès $25