0
fr
US
WSMCA
39259196
Votre panier est vide.
Menu

Sylvothérapie : vertus, exercices et danger

Dérivée de la pratique japonaise du shinrin-yoku, la sylvothérapie séduit de plus en plus de personnes. Bienfaits, exercices, risques de la sylvothérapie : le tour de la question dans cet article.

Sylvothérapie dans la forêt

La sylvothérapie : une pratique dérivée du shinrin-yoku japonais

Dans la culture japonaise, la nature occupe une place importante. La tradition japonaise compte même de très nombreux esprits de la forêt.

C’est donc sans surprise que c’est au Japon qu’est née, dans les années 1980, la pratique du bain de forêt, appelée shinrin-yoku, qui deviendra, la sylvothérapie (1).

Composé de silva, qui signifie forêt en latin, et de thérapie, qui désigne un ensemble de pratiques destinées à soigner, le terme est transparent : une balade en forêt permettrait de soigner de nombreux maux.

Il est intéressant de noter que cette pratique a été développée par des médecins en réponse à une demande du gouvernement japonais, qui cherchait un moyen naturel de traiter le surmenage et l’excès de stress qui touchait la population à cette époque.

Les bienfaits de la sylvothérapie

De fait, depuis plusieurs années, de nombreuses études évaluent les effets positifs et les bénéfices des balades en forêt sur la santé humaine. Il en ressort que la sylvothérapie (2) :

  • réduit le stress ;
  • améliore le rythme cardiaque et la pression artérielle ;
  • stimule le système immunitaire  ;
  • améliorerait même la longévité.

Si les mécanismes sont plus d’ordre psychologique que biologique, il apparaît cependant que les bains de forêt exposent l’organisme à des terpènes produits par les arbres. Une fois inhalés, ces terpènes favoriseraient la production de sérotonine et d'hormone du bonheur, les hormones du bonheur (3).

Sylvothérapie : exercices

Concrètement, il existe plusieurs manières de pratiquer la sylvothérapie. Toutefois, toutes reposent sur un même principe de base, à savoir laisser aller son attention pour s’ouvrir pleinement à l’environnement forestier, entrer en immersion (4) :

  • faire une pause et prendre le temps de s’immerger dans la forêt (ou le parc arboré) afin de se déconnecter du bruit et de l’agitation de la ville. Apprécier le silence et l’ambiance reposante des forêts ;
  • éviter de concentrer son attention sur un sujet ou un point particulier pour, à la manière de la méditation, entrer en pleine conscience de son environnement ;
  • pratiquer une respiration lente, à un rythme de 6 respirations par minute, afin de provoquer la cohérence cardiaque ;
  • il est également possible de pratiquer le « tree hugging» qui consiste simplement à « faire un câlin » à un arbre, l’enlacer quelques instants (de quelques secondes à plusieurs minutes selon vos envies ou vos besoins) après l’avoir observé.

Sylvothérapie : danger

En soi, la sylvothérapie ne présente pas de réel danger. Cependant, il convient d’être vigilant lorsqu’on enlace un tronc d’arbre (5).

  • certains arbres produisent des composés allergènes. Il est donc recommandé de favoriser le tree hugging avec des essences sélectionnées telles que, le bouleau, le hêtre, le châtaignier ou encore le tilleul, dont l’écorce n’est pas allergisante. Le chêne par exemple héberge souvent des lichens allergisants (Evernia, Parmelia, Cladonia, Usnea).
  • certaines mousses qui poussent sur les troncs des arbres peuvent également être allergènes. Il convient donc d’y faire attention et, surtout, d’identifier l’apparition d’éventuelles plaques d’eczéma après une séance de tree hugging ;
  • mais le plus grand danger de la sylvothérapie, ce sont surtout les insectes présents sur les arbres : chenilles processionnaires, abeilles, frelons, aoûtats, fourmis, etc. Avant d’embrasser un arbre, vérifiez que vous n’allez pas également embrasser des insectes qui pourraient vous piquer !

Pour profiter des bienfaits de la sylvothérapie sans prendre de risque, il est aussi possible de pratiquer simplement le shinrin-yoku japonais, c’est-à-dire le « bain de forêt ».

En ce cas, le principe est simplement de se promener au moins 90 minutes par semaine dans un bois, une forêt ou un parc arboré.

Cette pratique simple et abordable permet de booster le système immunitaire, de réduire le stress, de favoriser les relations sociales, etc.

Si vous avez de jeunes enfants ou des animaux, ils se feront probablement une joie de passer l’après-midi avec vous au milieu des sentiers.

Profiter également des bienfaits des arbres de l’intérieur

Outre les bienfaits avérés des bains de forêts et de la sylvothérapie, les forêts, pleines de générosité, recèlent de précieux remèdes, au cœur même des arbres. Ceux-ci peuvent se trouver dans leur tronc, leur sève, leur fruit, leur feuillage…

N’oublions pas par exemple que l’aspirine a été découverte et développée grâce aux feuilles de saule, d’où son nom d’acide acétylsalicylique !

De nombreux arbres et plantes forestières contiennent en effet, à l’instar du saule, des substances actives qui constituent d’excellents remèdes naturels pour de nombreux maux.

Le chêne

Le bois de chêne contient de nombreux composés flavonoïques tels que l’acide gallique (un tanin), l’acide ellagique (un polyphénol antioxydant), et surtout la roburine.

C’est particulièrement ce dernier composé qui expliquerait les bienfaits supposés du chêne pour réduire la fatigue (étayés par une étude (6)). Il peut donc être intéressant de consommer un complément alimentaire de roburine pour lutter contre la fatigue (comme Robuvit®, un complément breveté).

Le marronnier d’Inde

Si son fruit est toxique, le marronnier d’Inde renferme cependant un mélange de saponines : l’escine. Or, certaines études ont démontré ses propriétés anti-oedémateuses, anti-inflammatoires et veinotoniques (7).

C’est pourquoi les compléments à base de marronnier d’Inde (comme Hemo Comfort, standardisé à 20 % d’escine) sont souvent recommandés pour les personnes souffrant d’hémorroïdes.

Les baies sauvages

La Patagonie chilienne recèle également un petit trésor méconnu : les baies de Maqui (Aristotelia chinensis). Traditionnellement utilisées par les Indiens Mapuche, les baies de Maqui sont particulièrement riches en anthocyanes (dont la delphinidine, également présente en moindre quantité dans le fruit de la passion et la grenade).

Pour profiter des bienfaits de ces anthocyanes, de nombreuses personnes se tournent vers des compléments alimentaires tels que Wild Maqui Berry (normalisé à 35 % d’anthocyanes et 28 % de delphinidine) (8).

L’eucalyptus

Dans la famille des eucalyptus, si l’on a l’habitude d’exploiter l’huile essentielle de l’arbre pour la santé respiratoire (notamment en inhalation), on sait généralement moins que les Aborigènes d’Australie utilisaient également Eucalyptus globulus pour traiter les rhumatismes.

C’est pourquoi l’huile essentielle se retrouve souvent dans des crèmes et autres soins à appliquer sur les articulations (comme c’est le cas dans Smart Joints Cream, en synergie avec la plante ayurvédique Boswellia serrata, l’huile de coco, la vitamine E et la glucosamine).

Les champignons

Les arbres, leur écorce ou leurs racines, constituent également l’habitat privilégié de trésors naturels dont les nombreux bienfaits sont particulièrement étudiés depuis quelques années : les champignons.

Shiitaké, chaga, reishi, maitaké, cordyceps, polypore, agaric sont ainsi devenus les stars de nos armoires à pharmacie. Et pour cause : riches en polysaccharides (des fibres non digestibles), certains champignons soutiennent le microbiote intestinal et le système immunitaire. C’est pourquoi on les retrouve parfois dans des formules synergiques (telles qu’Organic MycoComplex, standardisé à 30 % de polysaccharides pour maximiser les bienfaits du complément) (9).

Certaines plantes exotiques

Tout naturopathe vous le dira : réservoir inouï d’espèces rares et riches, la forêt amazonienne regorge de plantes médicinales utilisées depuis des millénaires par les populations autochtones.

Griffe de chat (une liane aux propriétés immunostimulantes), racine de suma (le « ginseng brésilien », aux propriétés adaptogènes et réputée donner de l’énergie aux guerriers), écorce de Lapacho, corossolier et enfin Physallis angulata : toutes ces plantes équatoriales sont particulièrement prisées (et peuvent se retrouver en synergie dans le complément Wild Amazonian Formula).

Le conseil SuperSmart

Références scientifiques

  1. TAKEDA, Atsushi. Forest Bathing (shinrin-yoku) and Human History. The Journal of The Japanese Society of Balneology, Climatology and Physical Medicine, 2017, vol. 80, no 1, p. 4-4.
  2. KOTERA, Yasuhiro, RICHARDSON, Miles, et SHEFFIELD, David. Effects of shinrin-yoku (forest bathing) and nature therapy on mental health: A systematic review and meta-analysis. International Journal of Mental Health and Addiction, 2020, p. 1-25.
  3. OTERO, Stephen J. et FAST, Lindsey. Nature Is the Intervention: Shinrin-Yoku and Biomolecules.
  4. WEN, Ye, YAN, Qi, PAN, Yangliu, et al.Medical empirical research on forest bathing (Shinrin-yoku): A systematic review. Environmental health and preventive medicine, 2019, vol. 24, no 1, p. 1-21.
  5. N. Crépy, Dermatites de contact chez les professionnels du bois, INRS, Références en santé au travail n°139, septembre 2014
  6. WEICHMANN, Franziska, AVALTRONI, Fabrice, et BURKI, Carolina. Review of Clinical Effects and Presumed Mechanism of Action of the French Oak Wood Extract Robuvit. Journal of Medicinal Food, 2021, vol. 24, no 9, p. 897-907.
  7. BAIBADO, Joewel Tarra et CHEUNG, Hon–Yeung. Seed Extract of Horse Chestnut (Aesculus hippocastanum L., 七葉樹) as Effective Medication for Chronic Venous Insufficiency and Other Health Benefits. Looking Back on 2010: A Year Strived for A Higher Standard, 2010, p. 156.
  8. WATSON, R. R. et SCHÖNLAU, F. Nutraceutical and antioxidant effects of a delphinidin-rich maqui berry extract Delphinol®: a review. Minerva Cardioangiol, 2015, vol. 63, no 2 Suppl 1, p. 1-12.
  9. MOTTA, Francesca, GERSHWIN, M. Eric, et SELMI, Carlo. Mushrooms and immunity. Journal of Autoimmunity, 2021, vol. 117, p. 102576.

Partager

Commentaires

Vous devez être connecté à votre compte pour pouvoir laisser un commentaire.

Cet article n'a pas encore été commenté, soyez le premier à donner votre avis

Paiement sécurisé
32 Années d'expérience
Satisfait ou remboursé
Envoi rapide
Livraison gratuite* dès $25