0
fr
US
WSMCA
37591511
Votre panier est vide.
Menu
Bienfaits des compléments d’iode selon la médecine

Complément alimentaire d’iode : pourquoi en prendre ?

Même si nos besoins se comptent en microgrammes, l’iode demeure indispensable au bon fonctionnement de notre organisme. Découvrez dans quels cas il peut être intéressant de vous supplémenter.

L’iode, c’est quoi ?

Affecté du symbole I et du numéro atomique 53 dans la classification périodique des éléments, l’iode est un oligo-élément. Plutôt rare dans le milieu naturel, il se rencontre en faibles quantités dans les produits de la mer (1). Il fut d’ailleurs découvert pour la première fois dans des cendres d’algues marines en 1811. Son nom vient du grec ioedès signifiant « violet », en raison de la couleur de ses vapeurs une fois chauffé.

À quoi sert l’iode dans notre organisme ?

L’iode participe directement au bon fonctionnement de la thyroïde et à la production normale de deux hormones thyroïdiennes : la T3 (triiodothyronine) et la T4 (thyroxine), renfermant respectivement 3 et 4 atomes d’iode (2). Il participe également à un métabolisme énergétique normal, au maintien d’une peau normale, ainsi qu’au fonctionnement normal du système nerveux et à des fonctions cognitives normales (3-5).

Pour rappel, la thyroïde est une petite glande en forme de papillon située à la base du cou qui joue un rôle essentiel dans le maintien des fonctions vitales de l’organisme. Elle régit entre autres notre rythme cardiaque, notre température corporelle, notre croissance, l’aspect de notre peau, notre appétit, notre poids ainsi que notre humeur (6).

Quels sont les apports journaliers recommandés en iode ?

Notre corps ne sait pas synthétiser l’iode de façon endogène. Il doit donc impérativement puiser dans notre alimentation pour couvrir ses besoins.

Selon les organismes officiels, les apports satisfaisants sont généralement estimés à 90 mcg/jour pour les enfants, 130 mcg/jour pour les adolescents, 150 mcg/jour pour les adultes et 200 mcg/jour pour les femmes enceintes ou allaitantes (7).

Quels sont les risques d’une carence en iode ?

Un manque d’iode perturbe la fonction thyroïdienne. Ainsi, une déficience chronique en iode peut provoquer la survenue d’un goitre, c’est-à-dire une augmentation du volume de la thyroïde, et/ou l’apparition de nodules (8).

Dans le cas d’une carence avérée, bien que celle-ci demeure exceptionnellement rare, la thyroïde se met à tourner au ralenti : on parle d’hypothyroïdie (9). Elle se traduit alors par divers symptômes, tels qu’une prise de poids, une fatigue excessive, une constipation, une pâleur ou des troubles de l’attention (10).

S’il est nécessaire à l’organisme, l’iode ne doit pas pour autant être ingéré en excès sous peine de « dérégler » la glande thyroïde (11). L'Union européenne a donc fixé une limite de sécurité à 600 mcg/jour. Ce risque est toutefois très rare, d’autant que le surplus d’iode peut théoriquement être excrété par les urines (12).

Où trouver de l’iode dans nos assiettes ?

Dans les années 50, les pouvoirs publics ont suggéré d’enrichir le sel en iode afin d’éradiquer les carences, donnant naissance à notre sel de table iodé. Il s’est ainsi imposé comme la principale source d’iode alimentaire à travers le monde. Néanmoins, il est désormais établi qu’un régime riche en sodium augmente le risque cardiovasculaire : l’OMS préconise ainsi une consommation de sel journalière inférieure à 5 g par jour, soit 2 fois moins que ce que nous ingérons en moyenne (13).

Outre le sel iodé, l’iode se trouve naturellement dans les algues marines (kombu, dulse, wakamé), les fruits de mer, le jaune d’œuf et les produits laitiers (14).

Dans quels cas songer à se supplémenter en iode ?

Dans la plupart des cas, une alimentation suffisamment diversifiée, faisant la part belle aux produits de la mer et aux laitages, suffit à couvrir nos besoins. Néanmoins, il existe certaines populations plus sujettes que d’autres aux déficits :

  • les végétariens et végétaliens, ainsi que tous ceux qui ne consomment pas de produits de la mer (15) ;
  • les personnes suivant un régime hyposodé (pauvre en sel) ;
  • les fumeurs, le tabac entravant l’absorption de l’iode (16) ;
  • les sportifs de haut niveau, du fait des pertes en iode via la sueur (17) ;
  • les femmes enceintes, dont les besoins sont accrus par le développement du fœtus (18).

Si vous souhaitez vous tourner vers des compléments d’iode, nous vous invitons toutefois à vous rapprocher au préalable de votre professionnel de santé. Ce dernier pourra notamment définir votre statut en iode par dosage sanguin ou urinaire (iodurie) et juger de la pertinence réelle d’une supplémentation.

Quel complément alimentaire d’iode choisir ?

Pour les personnes veillant à réduire leurs apports en sel, une supplémentation en Ascophyllum nodosum (comme Natural Iodine) est la meilleure option (19). Cette algue collectée au large de la côte ouest de l’Écosse et de l’Irlande possède une teneur en sodium 10 fois moindre que le sel pour une quantité d’iode identique.

Les comprimés à base d’iodure de potassium, fruit de la réaction de l’iode et de l’hydroxyde de potassium, jouissent d’une stabilité inégalée et d’une biodisponibilité exceptionnelle, évaluée à 96,4 % (20). Cette forme est celle employée pour notre sel de cuisine, mais aussi pour les pastilles d’iode fournies à la population en cas d’accident nucléaire (pour saturer la thyroïde et l’empêcher de fixer l’iode radioactif, à l’origine de graves lésions thyroïdiennes) (21). Fiez-vous néanmoins à des formulations non surdosées et totalement sécuritaires (à l’instar de Potassium Iodide, renfermant 200 mcg d’iode par comprimé).

Certaines formulations de pointe combinent aussi l’iode avec différents composés bénéfiques à la thyroïde (le complément synergique Natural Thyro Formula associe l’iode issu du goémon au sélénium, qui participe au fonctionnement normal de la thyroïde, et à l’extrait de guggul, qui contribue à la santé thyroïdienne) (22-23).

Enfin, les compléments multivitaminés, qui invitent l’iode en plus faibles proportions, conviennent davantage à un usage quotidien (révisée en 2019, la formule d’exception Daily 3 rassemble non moins de 42 ingrédients d’origine naturelle triés sur le volet, dont l’iode à hauteur de 50 mcg par gélule).

Le conseil SuperSmart

Références scientifiques

  1. Zimmermann M, Trumbo PR. Iodine. Adv Nutr. 2013 Mar 1;4(2):262-4. doi: 10.3945/an.113.003665. PMID: 23493543; PMCID: PMC3649107.
  2. Chung HR. Iodine and thyroid function. Ann Pediatr Endocrinol Metab. 2014 Mar;19(1):8-12. doi: 10.6065/apem.2014.19.1.8. Epub 2014 Mar 31. PMID: 24926457; PMCID: PMC4049553.
  3. Zbigniew S. Role of Iodine in Metabolism. Recent Pat Endocr Metab Immune Drug Discov. 2017;10(2):123-126. doi: 10.2174/1872214811666170119110618. PMID: 28103777.
  4. Costa RO, Macedo PM, Carvalhal A, Bernardes-Engemann AR. Use of potassium iodide in dermatology: updates on an old drug. An Bras Dermatol. 2013 May-Jun;88(3):396-402. doi: 10.1590/abd1806-4841.20132377. PMID: 23793210; PMCID: PMC3754371.
  5. Redman K, Ruffman T, Fitzgerald P, Skeaff S. Iodine Deficiency and the Brain: Effects and Mechanisms. Crit Rev Food Sci Nutr. 2016 Dec 9;56(16):2695-713. doi: 10.1080/10408398.2014.922042. PMID: 25880137.
  6. Armstrong M, Asuka E, Fingeret A. Physiology, Thyroid Function. [Updated 2022 Mar 18]. In: StatPearls [Internet]. Treasure Island (FL): StatPearls Publishing; 2022 Jan-. Available from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK537039/
  7. Ahad F, Ganie SA. Iodine, Iodine metabolism and Iodine deficiency disorders revisited. Indian J Endocrinol Metab. 2010 Jan;14(1):13-7. PMID: 21448409; PMCID: PMC3063534.
  8. Can AS, Rehman A. Goiter. [Updated 2022 Aug 22]. In: StatPearls [Internet]. Treasure Island (FL): StatPearls Publishing; 2022 Jan-. Available from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK562161/
  9. Zimmermann MB, Boelaert K. Iodine deficiency and thyroid disorders. Lancet Diabetes Endocrinol. 2015 Apr;3(4):286-95. doi: 10.1016/S2213-8587(14)70225-6. Epub 2015 Jan 13. PMID: 25591468.
  10. Patil N, Rehman A, Jialal I. Hypothyroidism. [Updated 2022 Aug 8]. In: StatPearls [Internet]. Treasure Island (FL): StatPearls Publishing; 2022 Jan-. Available from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK519536/
  11. Southern AP, Jwayyed S. Iodine Toxicity. [Updated 2022 Oct 10]. In: StatPearls [Internet]. Treasure Island (FL): StatPearls Publishing; 2022 Jan-. Available from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK560770/
  12. Pearce EN, Caldwell KL. Urinary iodine, thyroid function, and thyroglobulin as biomarkers of iodine status. Am J Clin Nutr. 2016 Sep;104 Suppl 3(Suppl 3):898S-901S. doi: 10.3945/ajcn.115.110395. Epub 2016 Aug 17. PMID: 27534636; PMCID: PMC5004493.
  13. Wang YJ, Yeh TL, Shih MC, Tu YK, Chien KL. Dietary Sodium Intake and Risk of Cardiovascular Disease: A Systematic Review and Dose-Response Meta-Analysis. 2020 Sep 25;12(10):2934. doi: 10.3390/nu12102934. PMID: 32992705; PMCID: PMC7601012.
  14. Pehrsson PR, Patterson KY, Spungen JH, Wirtz MS, Andrews KW, Dwyer JT, Swanson CA. Iodine in food- and dietary supplement-composition databases. Am J Clin Nutr. 2016 Sep;104 Suppl 3(Suppl 3):868S-76S. doi: 10.3945/ajcn.115.110064. Epub 2016 Aug 17. PMID: 27534627; PMCID: PMC5004500.MC7601012.
  15. Krajcovicová-Kudlácková M, Bucková K, Klimes I, Seboková E. Iodine deficiency in vegetarians and vegans. Ann Nutr Metab. 2003;47(5):183-5. doi: 10.1159/000070483. PMID: 12748410.
  16. Cho NH, Choi HS, Kim KW, Kim HL, Lee SY, Choi SH, Lim S, Park YJ, Park DJ, Jang HC, Cho BY. Interaction between cigarette smoking and iodine intake and their impact on thyroid function. Clin Endocrinol (Oxf). 2010 Aug;73(2):264-70. doi: 10.1111/j.1365-2265.2010.03790.x. Epub 2010 Jan 23. PMID: 20105185.
  17. Smyth PP, Duntas LH. Iodine uptake and loss-can frequent strenuous exercise induce iodine deficiency? Horm Metab Res. 2005 Sep;37(9):555-8. doi: 10.1055/s-2005-870423. PMID: 16175493.
  18. Skeaff SA. Iodine deficiency in pregnancy: the effect on neurodevelopment in the child. 2011 Feb;3(2):265-73. doi: 10.3390/nu3020265. Epub 2011 Feb 18. PMID: 22254096; PMCID: PMC3257674.
  19. Hrólfsdóttir AÞ, Arason S, Sveinsdóttir HI, Gudjónsdóttir M. Added Value of Ascophyllum nodosum Side Stream Utilization during Seaweed Meal Processing. Mar Drugs. 2022 May 24;20(6):340. doi: 10.3390/md20060340. PMID: 35736143; PMCID: PMC9229640.
  20. Aquaron R, Delange F, Marchal P, Lognoné V, Ninane L. Bioavailability of seaweed iodine in human beings. Cell Mol Biol (Noisy-le-grand). 2002 Jul;48(5):563-9. PMID: 12146713.
  21. Torti JF, Correa R. Potassium Iodide. [Updated 2022 May 22]. In: StatPearls [Internet]. Treasure Island (FL): StatPearls Publishing; 2022 Jan-. Available from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK542320/
  22. Gorini F, Sabatino L, Pingitore A, Vassalle C. Selenium: An Element of Life Essential for Thyroid Function. 2021 Nov 23;26(23):7084. doi: 10.3390/molecules26237084. PMID: 34885664; PMCID: PMC8658851.
  23. Panda S, Kar A. Guggulu (Commiphora mukul) potentially ameliorates hypothyroidism in female mice. Phytother Res. 2005 Jan;19(1):78-80. doi: 10.1002/ptr.1602. PMID: 15798994.

Partager

Commentaires

Vous devez être connecté à votre compte pour pouvoir laisser un commentaire.

Cet article n'a pas encore été commenté, soyez le premier à donner votre avis

Paiement sécurisé
32 Années d'expérience
Satisfait ou remboursé
Envoi rapide
Livraison gratuite* dès $25