0
fr
US
WSMCA
38479991
Votre panier est vide.
Menu

Peut-on synthétiser la vitamine D à travers une vitre ?

On conseille souvent de prendre un bain de soleil de 20 à 30 minutes par jour pour faire le plein de vitamine D, mais peut-on, oui ou non, synthétiser la vitamine D... derrière une fenêtre ?

Jeune femme rousse qui prend le soleil derrière une vitre

Rappel : à quoi sert la vitamine D ? Quels sont ses bienfaits ?

Considérée comme une hormone essentielle au maintien de l’homéostasie phosphocalcique de l’organisme (c’est-à-dire l’équilibre des ions calcium et phosphate sous forme de cristaux dans les os et dissous dans le sang), la vitamine D contribue :

  • au fonctionnement normal du système immunitaire (1-4) ;
  • au maintien d'une fonction musculaire normale ;
  • à un taux sanguin normal de calcium ;
  • au maintien d'os normaux et de dents normales ;
  • au processus de division cellulaire ;
  • à réduire le risque de chute associé à l'instabilité posturale et à la faiblesse musculaire (la chute étant un facteur de risque de fractures osseuses chez les hommes et les femmes de 60 ans et plus), etc.

Ainsi, la vitamine D est essentielle au bon fonctionnement de notre organisme et il est indispensable d'en garantir des apports suffisants pour rester en bonne santé.

Quelles sont les différentes sources de vitamine D ?

La vitamine D existe principalement sous deux formes :

  • la vitamine D2, qui provient des apports alimentaires végétaux (céréales, champignons, levures, etc.) ;
  • le cholécalciférol ou vitamine D3, qui provient des apports alimentaires animaux (poissons gras, produits laitiers, etc.) et de certaines algues, et de la production par la peau sous l’action de certains ultraviolets (les UVB uniquement).

Les concentrations de vitamine D2 alimentaire sont très faibles. Par ailleurs la part la plus importante de vitamine D présente dans l’organisme est d’origine endogène. En d’autres termes : c’est la peau et le soleil qui sont les principales sources de vitamine D biodisponible pour l’organisme.

Mais alors, peut-on synthétiser la vitamine D (et bronzer) derrière une vitre ?

Et c’est là que le bât blesse. En effet, la biosynthèse de la vitamine D est principalement initiée dans la peau où les rayons UVB réagissent avec le 7-déhydrocholestérol (provitamine D cutanée) pour produire la pré-vitamine D3, qui est isomérisée en cholécalciférol (vitamine D3) (5).

Or, les vitres laissent passer les UVA... mais bloquent les UVB. Par conséquent, derrière une vitre, le soleil endommage le derme en générant un stress oxydatif favorisant le vieillissement de la peau, mais ne fournit aucun bienfait. On ne synthétise pas la vitamine D derrière une vitre, de même que l’on ne bronze pas (puisque ce sont aussi les UVB qui sont à l’origine du bronzage).

En outre, le ratio entre UVA et UVB du rayonnement solaire varie tout au long de l’année (7). Ainsi, lors des sorties extérieures hivernales, dans l’hémisphère nord, nous ne recevons que très peu d’UVB et beaucoup d’UVA. A contrario, en été, la part d’UVB augmente. Or les UVB ont aussi leurs mauvais côtés, en entraînant des risques pour la peau et la santé générale – prenez également gare à l'excès d'exposition directe au soleil, donc. Pour se protéger partiellement des UVB, le corps fabrique d'ailleurs de la mélanine qui forme une sorte de barrière : le bronzage.

La carence en vitamine D est extrêmement répandue

D'une façon générale, le manque de vitamine D est l'une des carences les plus répandues dans les pays occidentaux. En 2012, l'Académie de médecine française concluait par exemple dans un rapport, déjà cité dans notre article sur les principales carences alimentaires, que 80 % de la population française souffrait d’un déficit en vitamine D (8). Ce rapport préconisait ainsi une supplémentation globale pour la population.

Il faut savoir que les carences en vitamine D peuvent :

  • entraîner un trouble de la minéralisation osseuse chez l’adulte et favoriser la fragilisation des os chez les sujets âgés (9-10) ;
  • avoir des conséquences néfastes sur le plan musculaire ;
  • ou encore provoquer des baisses de moral, etc.

Quel complément alimentaire de vitamine D choisir ?

Par conséquent, il peut être intéressant d’entamer une cure de cholécalciférol (D3), par exemple avec les compléments alimentaires Vitamine D3 1000 UI pour un dosage moyen, ou Vitamine D3 5000 UI pour un dosage plus important.

Les personnes ayant un estomac sensible peuvent opter quant à elles pour Vitamine D3 Spray 2000 UI, conditionné sous forme de spray à pulvériser sous la langue.

Vous préférez bénéficier d'une vitamine D totalement végétale ? Optez pour Vegan D3, une excellente source de cholécalciférol puisée dans une algue et combinée à des MCT d'huile de coco pour une absorption optimale.

Références scientifiques

  1. (1)GRANT, William B. et HOLICK, Michael F. Benefits and requirements of vitamin D for optimal health: a review. Altern Med Rev, 2005, vol. 10, no 2, p. 94-111.
  2. Liu PT, Stenger S, et al. Toll like receptor triggering of a vitamin D mediated human antimicrobial response. Science, 2006, 311 : 1770.
  3. Rapport de l’Académie nationale de médecine. Statut vitaminique, rôle extra osseux et besoins quotidiens en vitamine D. Bull Acad  Natle Med. 2012, 196, 1011.
  4. Laird E, Rhodes JM and Kenny RA. Vitamin D and inflammation : potential implications for severity of Covid-19. Irish med J, 2020, 113 : 81.
  5. Vitamine D : métabolisme, régulation et maladies associées, Emilie Tissandié, Yann Guéguen, Jean-Marc A. Lobaccaro, Jocelyne Aigueperse, Maâmar Souidi, MEDECINE/SCIENCES 2006 ; 22 : 1095-100
  6. NISHIMURA, Kazuki, IKEHATA, Hironobu, DOUKI, Thierry, et al. Seasonal Differences in the UVA/UVB Ratio of Natural Sunlight Influence the Efficiency of the Photoisomerization of (6‐4) Photoproducts into their Dewar Valence Isomers. Photochemistry and Photobiology, 2020.
  7. Statut vitaminique, rôle extra osseux et besoins quotidiens en vitamine D, Bernard Salle, Bull. Acad. Natle Méd., 2012, 196, nos 4-5, 1011-1015, séance du 15 mai 2012
  8. Maugars Y, Glémarec J, Guillot P, et al. Métabolisme phosphocalcique et ostéomalacie. Rev Rhum 2000 ; 67 (suppl 2) : 95-8.
  9. Breuil V, Euller-Ziegler. Nutrition et vieillissement osseux : l’ostéoporose. Nutr Clin Metab 2004 ; 18 : 212-8

Partager

Commentaires

Vous devez être connecté à votre compte pour pouvoir laisser un commentaire.

Cet article n'a pas encore été commenté, soyez le premier à donner votre avis

Paiement sécurisé
32 Années d'expérience
Satisfait ou remboursé
Envoi rapide
Livraison gratuite* dès $25